Newsletter de Juillet 2019

ACAY : Association Compassion Asian Youth, à Manille

ACAY fût créée en 1997 aux Philippines par Sœur Sophie de Jésus et les Sœurs Missionnaires de Marie. Leur constat : 1 personne sur 3 vit sous le seuil de pauvreté, 60 000 à 100 000 enfants, en majorité des filles sont victimes de prostitution, 50 % des enfants ne passeront jamais le bac. Il fallait donc agir !

ACAY s’est ainsi donnée pour mission d’offrir une seconde chance aux jeunes, entre 15 et 23 ans, en difficulté. L’association s’adresse à des victimes de violence ou d’abus et à des délinquants. En effet l’originalité de ce projet est de faire cheminer des « victimes » et des « délinquants », afin de leur réapprendre à vivre ensemble et à se respecter.

ESPERANCIA soutient ce projet, qui regroupe 3 types de formations. La formation GOAL, destinée aux jeunes entre 15 et 20 ans incarcérés ou en réinsertion. La formation Changement de Cap’, composée de 2 programmes : Programme Ecole de vie, destiné aux jeunes filles et le programme Seconde Chance qui conseille des jeunes garçons incarcérés. Pour finir, la formation TTS, sur le développement de la personnalité et des formations.

ACAY travaille main dans la main avec le jeune, sa famille et le ministère de la justice. La méthode de l’association se construit en plusieurs étapes : retour sur les évènements passés pour trouver les causes de son comportement, puis le jeune passe par une compréhension de ces facteurs et enfin il décide d’établir de nouveaux choix pour sa vie grâce à des formations socio-éducatives par exemple.

ACAY souhaite, avec son programme : offrir un environnement familial et sécurisé, propulser le jeune vers une guérison intérieure, développer son autonomie et ses capacités et ainsi lui permettre de devenir un réel acteur de la société.

L’association propose ces programmes mais c’est au jeune de prendre la décision de s’en sortir, et d’intégrer le projet, « le jeune est au cœur de son histoire et de ses décisions en vue de sa réintégration dans la société » il s’agit de la première étape d’une nouvelle vie. Depuis le début du projet, 1 400 jeunes ont suivi les formations au cours des dix dernières années et 90% des jeunes du programme de réinsertion d’ACAY ne repartent en prison.

Témoignage de Jéricho, jeune diplômé du programme Seconde Chance : « Parfois, on peut avoir besoin de passer par un chemin sombre et obscur afin de voir la lumière et de comprendre ce qu’elle vaut. Aujourd’hui, je peux voir cette lumière et quelques soient les difficultés de la vie, je ne serai plus jamais effrayé. ».

Contact: info@acaymission.org

Clin Dieu : Projet « Rêve de Maman », au Brésil

Au Brésil, une maman sur trois est encore adolescente.

Le projet « Rêve de Maman » permet de préparer les mères à une maternité responsable, d’accompagner plus particulièrement les jeunes filles enceintes, en situation de risque social (alcool, drogue, violence abus…) et de leur permettre de développer un lien d’amour.

Les bénévoles suivent les mères avant et après leur accouchement mais également les nouveau-nés.

Le projet soutient l’enseignement : par encouragement des jeunes mères à continuer et terminer leurs études, mais aussi, grâce à l’apport de connaissances et savoir-faire.

En effet, les futures mamans suivent des cours de broderie, de crochet, de peinture et ainsi réalisent différentes pièces du trousseau du bébé : couverture, peignoir, couche et sac en tissus. En plus d’être un bien matériel nécessaire, voire indispensable pour l’enfant, les mères retrouvent une fierté et un épanouissement dans la réalisation de leur artisanat.

Certaines d’entre elles réemploient par la suite ces techniques afin d’embellir leur maison et parfois même vendent leurs créations.

En parallèle de ce temps manuel, des professionnelles se déplacent au centre, pour partager leurs connaissances sur des questions de santé, d’hygiène, d’alimentation, de droits des femmes…

Les bénévoles racontent : « Malgré une grande pauvreté, Rita est capable de beaucoup d’entraide pour ses voisines. Lorsque les enfants voisins n’ont pas mangé depuis 2 jours, elle leur partage sa soupe, au risque que ce soit ses enfants qui ne mangent pas pendant 2 jours. Mais heureusement les voisins font la même chose pour elle. »

« Nous sommes émerveillés de voir la solidarité entre ces gens qui sont d’abord dans le besoin.  »

Contact : clindieu@free.fr

Apprentis d’Auteuil, Réussir Angers

Selon Nelson Mandela : « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde».

Apprentis d’Auteuil permet aux jeunes en difficulté d’être soutenus dans leur éducation, formation et insertion socio-professionnelle. Ils sont suivis et aidés pour trouver leurs passions et leurs futurs emplois. Cette fondation permet de rappeler que les inégalités persistent dans notre société mais qu’on a le pouvoir d’y remédier, en partie. Apprentis d’Auteuil accomplit sa mission en se basant sur 3 grandes valeurs : la bienveillance, la confiance et l’espérance. Chaque jeune est accompagné individuellement pour une meilleure prise en charge. La création de Réussir Angers, fut permise il y a 4 ans, grâce à Esperancia. Depuis, 110 jeunes ont été accueillis avec un niveau scolaire moyen équivalent à la 3e et une moyenne d’âge de 21 ans. 75% des jeunes accueillis sont allés jusqu’au bout du parcours et 81% ont eu accès à un emploi en fin de cursus.

L’une des modalités essentielles de ce parcours est la mobilité. Ainsi les jeunes sont encouragés à obtenir leur permis de conduire, entièrement financé par l’association. Depuis la 1ère session en 2014, 89% des jeunes ont obtenu leur code et 60%, leurs permis.

Réussir Angers met également l’accent sur une activité : le SLAM. Cet exercice les pousse à s’exprimer sur leur histoire, leurs ressentis, leurs peurs, leur bonheur…

Anne-Sophie, relevée par Réussir Angers a repris goût à la vie : sans famille et à 18 ans, elle venait d’être maman d’une petite fille et n’arrivait pas à avancer dans sa vie professionnelle. Elle a entendu parler des Apprentis d’Auteuil par une amie. Ils ont « changé sa vie » dit-elle. Elle a retrouvé une vie socio-professionnelle épanouie, a amélioré ses aptitudes en français et en maths et a obtenu son permis. Ainsi, depuis avril 2017, elle travaille pour l’enseigne Lidl comme chef de caisse et formatrice de nouveaux employés. Elle résume son parcours: « C’est vrai qu’il a fallu donner de sa personne, ne jamais abandonner, mais à Apprentis d’Auteuil, j’ai toujours été aidée et comprise par les formateurs ». Aujourd’hui, elle a repris contact avec cette association, pour aider les jeunes en session, à trouver des stages et des emplois dans sa branche professionnelle.

Les Apprentis d’Auteuil permettent de nous délivrer le message suivant : « Lorsqu’on y met du cœur, rien ne peut nous arrêter ».

Contact : reussir.angers@apprentis-auteuil.org

Le Cours le Gouvernail à la Roseraie, un quartier d’Angers

Cette école créée en 2017 a pour objectif de favoriser l’intégration culturelle, le développement de la confiance et de faciliter l’insertion sociale. Elle met un point d’honneur à créer une véritable cohésion, d’une part entre les élèves eux-mêmes, malgré les différences, d’autre part entre les enseignants, les élèves et les parents.

Le 29 mai, un petit spectacle fût organisé par les enseignants et leurs élèves pour la fête de l’école. Durant ces deux petites heures, nous avons eu une représentation digne de ce nom grâce à des acteurs hors du commun, des voix magnifiques et des déguisements qui valaient le détour.

Avant le verre de l’amitié, nous avons chanté la Marseillaise et participé à la descente des couleurs, un moment très solennel et respectueux. Nous avons passé un très bon moment, riche en sourires, en rires et sous le soleil. Tous les enfants étaient très épanouis dans cet environnement.

Le directeur souligne la possibilité d’inscrire encore quelques enfants pour la rentrée prochaine.

Au Cours le Gouvernail, une véritable cohésion s’est installée entre les enfants : « qu’ils soient noirs ou blancs, petits ou grands, les différences ne comptent pas et cela permet d’avoir une vraie bouffée d’air frais ; l’école démontre que les différences nous enrichissent ».

Contact : direction@courslegouvernail.com

RESEAU ETINCELLE, à Angers

 Un beau programme pour cette session de 9 jours du RESEAU ETINCELLE  et des jeunes qui ont montré leur dynamisme et leur volonté d’aller de l’avant : ils ont témoigné avoir repris confiance en eux, appris et découvert les joies du travail en équipe, notamment par le jeu et l’entraide ! Plus concrètement grâce à des visites et des contacts directs auprès de dirigeants et salariés et la prise de conscience d’une entreprise accessible et humaine  dans laquelle ils peuvent trouver leur place. 78% des jeunes de 18 à 25 ans sont remotivés, 88% des jeunes vont au bout du parcours et 51% d’entre eux ont relevé le défi de créer leur propre entreprise !

Il existe 4 types d’impact pris en compte par le RESEAU ETINCELLE :

  • social : être mieux inséré dans la société en développant ses propres compétences,
  • sociétal : être entrepreneur de sa propre vie,
  • économique : le financement de ce programme a permis d’évité un coût de 1 800 000€ pour la société
  • environnemental : prise en compte de l’impact CO², favoriser les trajets à pieds ou à vélo par une distance de moins de 15 km entre le centre de formation et le domicile

Le plus du RESEAU ETINCELLLE : accueillir avec bienveillance le projet de chaque jeune pour le booster et l’encourager : à la clé des conseils et l’activation des réseaux du jury ! Les bons conseils se partagent !!!

Gaël, 20 ans raconte son expérience :

« J’ai un niveau de CAP en boulangerie mais le métier ne m’intéressait plus car j’avais eu une mauvaise expérience avec un employeur. Grâce au Réseau Etincelle, j’ai pu m’ouvrir une nouvelle voie professionnelle. En effet, j’étais intéressé par tout ce qui tourne autour de l’infographie mais je n’avais jamais pensé en faire un métier. Durant la formation Réseau Etincelle, je me suis donc mis dans la peau d’un infographiste et j’ai vraiment accroché car derrière j’ai réalisé un stage d’immersion de 2 semaines au sein de Schneider Emballages. Ensuite,  j’ai décroché un emploi d’avenir au sein du musée Unterlinden où je bosse dans un métier qui me plaît !»

Contact : re.pdl@reseau-etincelle.org

Rédigée par Hélène, stagiaire chez Esperancia

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de statistiques de visites, pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur.