UNE AIDE ALIMENTAIRE d’URGENCE pendant le 1er confinement

Aux ENFANTS DU MEKONG : « En Asie, le problème ne se porte pas tant sur le nombre de décès que sur l’impossibilité pour les plus démunis de pouvoir continuer à travailler durant la quarantaine. En effet, beaucoup des familles que nous aidons ne survivent que de petits travaux journaliers effectués dans la rue (vente de nourriture, ramassage et tri des ordures, ouvrier d’un jour …). Ne pas travailler ne serait-ce que durant une journée, veut dire pas d’argent pour acheter le repas du jour. En Asie, il n’existe pas de chômage ou d’activité partielle comme en France ! Le confinement entraîne un manque de trésorerie et une famine pour beaucoup de familles. »

U Win Naing : «  La semaine dernière, le gouvernement a distribué des provisions mais nous n’étions pas inclus car nous sommes des habitants du bidonville. Je ne sais pas comment exprimer cela. Un immense merci. »

aux familles malgaches avec les SŒURS de JEANNE DELANOUE : « Le fait de rester enfermer entre les quatre murs sans visite, sans sortir, sans rien à manger, sans info, ni communication, … les inquiétudes, les doutes, les incertitudes… assombrissent l’avenir des familles. Que faire ? »

A Madagascar, la congrégation gère 14 écoles et emploie 350 salariés pour un salaire mensuel de 50 à 100 €, « rien à comparer avec les salaires en France. » La scolarité des enfants et collégiens n’étant plus assurée du fait du confinement, « les professeurs n’ont pas d’autres ressources que leur petit salaire des écoles pauvres pour nourrir et assurer la vie de leur famille. A cela s’est ajouté une épidémie de palu et de dengue très importante ; Les uns désobéissent les règlements de confinement, les autres préfèrent mourir du virus que de la faim.» Sœur Odette

Lors de la rentrée scolaire, les enseignants ont témoigné de leur reconnaissance car grâce aux efforts de tous, y compris ceux des élèves, les résultats aux examens ont été satisfaisants.

< Retour à votre newsletter – LA COVID-19 ET LES PLUS FRAGILES : une réalité différente selon la géographie de nos associations

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de statistiques de visites, pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur.