LA TILMA à Vannes

La TILMA est une des toutes dernières associations soutenues par ESPERANCIA. La « Tilma » c’est le nom d’un manteau traditionnel mexicain qui se portait noué autour du cou. Il pouvait être roulé et attaché, s’ajustant ainsi à la taille de celui ou de celle qui le revêtait, le recouvrant plus ou moins. C’est dans cet esprit que La Tilma souhaite accompagner les femmes enceintes en situation de solitude et de précarité.

Durant la pandémie, l’équipe a continué d’assurer les livraisons alimentaires, visiter les anciennes mamans, accompagner un accouchement le 1er jour du confinement. Cela lui a permis de rester centrée sur l’essentiel : la VIE. Elle a maintenu une présence paisible et rassurante auprès des mamans sans les exposer :

« Le confinement démultipliait le sentiment d’abandon, de solitude et d’angoisse chez des mamans très blessées affectivement : elles ont pris conscience de leur chance d’avoir vécu cette période en groupe. La Tilma a dû composer entre la nécessité absolue de continuer à entourer affectivement les mamans avec une actualité qui entraînait de la tension et de la distanciation. Nous en avons dégagé deux enseignements :

  • L’obsession de la peur d’attraper le virus a parfois occulté des détresses et des dangers tout aussi vitaux que le Covid : le sentiment d’être isolé, abandonné est apparu plus dangereux dans le comportement de nos mamans, que le fait d’attraper le Covid.
  • Localement, nous avons vu s’effondrer beaucoup d’aides. La fragilité du système en France, qui regorge pourtant de ressources pour les personnes en précarité, nous rappelle que nous avons chacun individuellement un rôle à jouer. » Gwenaëlle Chauvin

Les journées sont organisées autour du rythme des bébés, des rv extérieurs, de la préparation des repas, des ateliers et des passages des intervenants extérieurs. Chaque vendredi la réunion de maison permet à chaque maman de faire le bilan de sa semaine, en évoquant les points positifs et négatifs et de donner le programme de la semaine suivante. « Depuis quelques mois nous avons la joie de disposer d’un espace de vie complémentaire qui nous permet d’ouvrir un lieu de convivialité pour davantage de femmes enceintes et en précarité. »

« Grâce à La Tilma, j’ai pu reprendre confiance en moi et ça m’a aidé pour avancer et aller au bout de mes projets. Le permis, si La Tilma ne m’avait pas poussé, j’aurais abandonné. Dans la façon de comprendre les choses, j’avais du mal mais je n’ai pas baissé les bras parce que La Tilma m’a encouragée. J’en avais tellement marre, sans ce soutien, j’aurai lâché l’affaire depuis longtemps. Je ne pensais pas que j’étais capable d’y arriver. Pour mon travail, je me sens épanouie maintenant, même si je suis bien fatiguée en fin de journée. Je me rends compte que ça me manquait de travailler, mais je suis contente de m’être occupé de mon enfant tous les jours jusqu’à ses 2 ans. Il est heureux à la crèche maintenant. C’est du travail d’aller au boulot et de récupérer son enfant en fin de journée, de faire notre petite routine du diner et du coucher mais on peut quand même bien se retrouver et profiter ensemble parce que je ne commence pas tôt le matin. »
Une maman


< Retour à votre newsletter – LA COVID-19 ET LES PLUS FRAGILES : une réalité différente selon la géographie de nos associations

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de statistiques de visites, pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur.