ACAY aux Philippines & à Marseille

Dans l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs, les interventions en détention ont été suspendues, tout comme les parloirs des familles. Les équipes ont continué l’accompagnement des jeunes à distance. « Certains jeunes accompagnés par ACAY ont pu être libérés. Pour les autres, cette période a été un moment difficile. Les mineurs ont pu se sentir isolés, ainsi que leurs familles, inquiètes de ne pas pouvoir visiter leurs enfants. Afin de ne pas rompre les liens, nous avons transmis régulièrement des courriers aux jeunes que nous accompagnons dans les différents établissements pénitentiaires pour qu’il y ait une continuité dans le suivi. Le contact a aussi été maintenu avec les familles. » Laurent Thorigné

ACAY a aussi opté pour un confinement solidaire : le défi d’une course ou marche confinée dans le cadre autorisé relevé par plus de 60 pers. en France, aux Philippines et dans le monde.

« Une occasion pour tous de donner du sens à ce confinement : les jeunes de l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs de Marseille ont été sensibilisés à la situation dramatique du confinement aux Philippines, ce qui a suscité un esprit d’ouverture aux autres et une décentration de soi. Le challenge sportif a mobilisé une dizaine de mineurs et permis de distribuer 14 paniers alimentaires aux familles philippines, accompagnés des mots des mineurs. » Le service éducatif de l’EPM

« Les jeunes filles de l’Ecole de Vie ont mis en pratique une valeur phare de l’association : être au service des autres. » Outre des activités diverses telles que jardinage, artisanat, grand ménage de printemps, cuisine, tri de vêtements, elles ont cousu des masques pour les hôpitaux voisins. Créativité et sens des autres se sont ainsi conjugués. « Par ce petit geste, je suis heureuse d’aider en ces temps difficiles. » Geneviève

Les familles bénéficiaires ont à leur tour témoigné de leur gratitude par le biais de témoignages et de photos. « Merci beaucoup pour l’aide que vous nous avez apportée, même si vous devez également être touchés par cette pandémie. Il est très difficile de faire face à cette situation car nous sommes tous affectés et nous ne pouvons plus travailler, c’est difficile mais merci de nous aider. Que vous puissiez continuer à aider de nombreuses personnes. Vous donnez de l’espoir aux autres et grâce à vous nous pouvons avancer plus sereinement.» Karen


< Retour à votre newsletter – LA COVID-19 ET LES PLUS FRAGILES : une réalité différente selon la géographie de nos associations

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de statistiques de visites, pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur.