Newsletter de décembre 2020

LA COVID-19 ET LES PLUS FRAGILES : une réalité différente selon la géographie de nos associations

LA TILMA à Vannes

est une des toutes dernières associations soutenues par ESPERANCIA. La « Tilma » c’est le nom d’un manteau traditionnel mexicain qui se portait noué autour du cou. Il pouvait être roulé et attaché, s’ajustant ainsi à la taille de celui ou de celle qui le revêtait, le recouvrant plus ou moins. C’est dans cet esprit que La Tilma souhaite accompagner les femmes enceintes en situation de solitude et de précarité.  Durant la pandémie, l’équipe a continué d’assurer les livraisons alimentaires, visiter les anciennes mamans, accompagner un accouchement le 1er jour du confinement. Lire la suite de l’article


UNE AIDE ALIMENTAIRE d’URGENCE pendant le 1er confinement

aux ENFANTS DU MEKONG : « En Asie, le problème ne se porte pas tant sur le nombre de décès que sur l’impossibilité pour les plus démunis de pouvoir continuer à travailler durant la quarantaine. En effet, beaucoup des familles que nous aidons ne survivent que de petits travaux journaliers effectués dans la rue : vente de nourriture, ramassage et tri des ordures, ouvrier d’un jour …» Lire la suite de l’article

aux familles malgaches avec les SŒURS de JEANNE DELANOUE :  » Le fait de rester enfermer entre les quatre murs sans visite, sans sortir, sans rien à manger, sans info, ni communication, … les inquiétudes, les doutes, les incertitudes… assombrissent l’avenir des familles. Que faire ?  »

A Madagascar, la congrégation gère 14 écoles et emploie 350 salariés pour un salaire mensuel de 50 à 100 €, « rien à comparer avec les salaires en France. » Lire la suite de l’article


ACAY aux Philippines & à Marseille

Dans l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs, les interventions en détention ont été suspendues, tout comme les parloirs des familles. Les équipes ont continué l’accompagnement des jeunes à distance. « Certains jeunes accompagnés par ACAY ont pu être libérés. Pour les autres, cette période a été un moment difficile. […]

ACAY a aussi opté pour un confinement solidaire : le défi d’une course ou marche confinée dans le cadre autorisé relevé par plus de 60 pers. en France, aux Philippines et dans le monde. Lire tout l’article


Les BADJAO à Iligan aux Philippines

Les Badjao vivent une discrimination beaucoup plus forte depuis la pandémie : « Pendant un mois les familles ont dû rester entassées dans leurs cabanes sans aucune aide. Les gens disaient « les Badjao ont le Covid » Les magasins leur sont interdits même lorsqu’ils ne sont pas malades. Les parents n’ont plus la possibilité de gagner leur infime subsistance puisqu’ils ne peuvent pas sortir. Les familles sont dans l’angoisse et la faim, la maladie affecte beaucoup d’enfants. » Lire la suite de l’article


LE COURS CLOVIS, collège d’ESPÉRANCE RURALITÉS dans l’Aisne

Le Cours Clovis a poursuivi les cours à distance avec une présence téléphonique aussi importante qu’un face à face pédagogique. « Cette situation a été mal vécue par certaines familles : deux élèves ont interrompu leur lien avec l’école et le papa d’un élève s’est suicidé. En dehors des conditions matérielles, le confinement a été très dur pour certains sur le plan psychologique. Quand on a l’impression d’avoir tout raté, se retrouver face à soi-même est particulièrement douloureux. »  Lire la suite de l’article


GENÈSES à Verosvres

GENESES a fait le choix courageux de continuer en mars l’accueil des jeunes hommes pour ne pas perdre le bénéfice des mois précédents ! Un pari réussi puisque tous se sont adaptés à la situation : l’équipe s’est rendue utile en apportant une aide dans la distribution de repas et de services locaux auprès des personnes de la commune. Et il en est de même pour la toute récente promotion de septembre, en action elle aussi. « Aujourd’hui, notre préoccupation est de pouvoir maintenir notre engagement auprès des jeunes les plus éloignés de l’emploi, les plus vulnérables ou exclus, un public loin d’être épargné par la crise post-COVID !… » Lire la suite de l’article


AIDER Madagascar

« Il est bien difficile de rester indifférent suite à la paralysie d’une grande partie de la planète depuis janvier 2020. Nous sommes renvoyés à notre propre fragilité humaine face à un « petit virus ». Notre société qui se surprotège par peur de la mort est fascinée par le « progressisme ». En cette période étrange nous avons l’opportunité de réaffirmer les valeurs humanistes de respect de la personne, de la vie et de redécouvrir certaines vertus telles que la solidarité. Les conséquences économiques seront très importantes, particulièrement pour les plus pauvres. Fidèles depuis 16 ans dans leur aide aux familles malgaches, AIDER constate combien ses projets pour soutenir l’agriculture familiale et la formation technique, répondent à leurs besoins. « Nous allons donc poursuivre notre action dans les zones rurales avec les programmes : jardins familiaux, ferme, distillerie, technologie. » Lire la suite de l’article


Les paniers solidaires du JARDIN DE COCAGNE à Saumur

Solidaires, ils le sont doublement : le maraichage est effectué par une équipe de personnes en insertion ; quant aux légumes, pas de confinement au printemps dernier : ils ont continué de profiter et de pousser ! Mais sans tournée de livraison durant le 1er confinement, le Jardin de Cocagne a choisi d’amplifier ses dons de paniers aux familles fragilisées, déjà une constante en période habituelle.

Et l’activité continue : « Les bâches de 2 tunnels ont été remplacées il y a peu et une nouvelle serre devrait être opérationnelle d’ici le printemps 2021. L’ensemble de ces travaux sont réalisés par l’équipe de production et de conditionnement du Jardin. » Lire la suite de l’article


T’CAP-T’PRO l’école de soudure et de métallerie à Saumur

L’école a pu rouvrir début juin en ayant perdu 2 élèves déjà fragiles et avec une baisse de chiffre d’affaires. Cependant la rentrée de septembre est positive avec 8 élèves en 1ère année et 8 en 2de année, ainsi qu’un carnet de commandes qui se remplit à nouveau.

« Nos jeunes ont souvent des difficultés avec le système scolaire classique, c’est pourquoi notre pédagogie leur plait : faire pour apprendre grâce aux commandes des clients avec +60%  du temps en atelier. Nous avons encore 4 places disponibles pour accueillir des jeunes, parlez-en autour de vous ! » Jacky Giraudeau


L’OUTIL en MAIN d’Angers

L’OUTIL en MAIN et son chantier autour des métiers du JARDIN a pris du retard, mais il avance : voici la clôture achevée ! Il est mené par 2 promotions de 20 jeunes du lycée du Fresne dans le cadre de leur projet d’études. En 2021, les enfants découvriront de nouveaux ateliers : maraichage, arboriculture, horticulture, vigne, serre et aquaponie, et ce, parmi la vingtaine déjà proposée dans un espace de 1500 m2, aménagé par ses bénévoles. Lire la suite de l’article


LE COURS LE GOUVERNAIL à Angers

Bon vent pour les 36 matelots qui s’ébattent dans la cour depuis cette rentrée et avec une nouvelle classe de Grande Section de maternelle ! Les moussaillons nouvellement embarqués ont vécu un moment fort en novembre avec la remise des uniformes sous le drapeau. Quant aux CM1-CM2 qui suivent le Vendée Globe Junior, ils attendent de pouvoir enfin construire leur bateau grâce au partenariat avec L’OUTIL EN MAIN : 15 séances pour fabriquer 4 gabares de Loire qui permettront de découvrir 4 métiers : le bois, le métal pour le gouvernail, la peinture et la couture pour les voiles. Lire l’article en entier


RÉUSSIR ANGERS des APPRENTIS d’AUTEUIL

a investi en septembre de nouveaux locaux rue du Nid de Pie plus vastes et permettant de respecter les normes sanitaires. « Le confinement a mis en exergue la fracture numérique existante et les formateurs ont dû redoubler d’inventivité pour poursuivre l’accompagnement. La cohésion de groupe s’est accentuée grâce à la création d’un groupe WhatsApp : les jeunes sont restés en contact chaque jour et pour certains il a constitué un lien social. Ateliers et suivis individuels ont été poursuivis par téléphone ou en visio ». Lire tout l’article


Le RÉSEAU ÉTINCELLE des Pays de la Loire

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, il s’agit de le rendre possible. » Antoine de Saint-Exupéry

Ce fut la 1ère antenne du réseau national à rouvrir en juin après le confinement. « Son impact sur le décrochage scolaire, amplifiant des chiffres déjà inquiétants, donne tout son sens à la raison d’être du Réseau Etincelle : « transformer le renoncement en motivation ». Aussi, nous nous sommes focalisés sur l’après ; En préparant un protocole sanitaire Covid-19 exigeant, afin d’animer nos parcours de formation dans les meilleures conditions pour l’ensemble de nos parties prenantes (jeunes, formateurs, collaborateurs des entreprises partenaires), en tenant compte de tous les paramètres : salle de formation, gestes barrière, temps de rencontre, ludo-pédagogie et certification. En accélérant la digitalisation de notre organisation. » Olivier Vigneron

Depuis la rentrée, les organisateurs font preuve de dynamisme et d’inventivité afin de maintenir les sessions en entreprise ou dans des lieux approchant, telle cette pépinière de start-up qui accueilli la dernière session de 2020.

FAITES UN DON à ESPERANCIA
plus que jamais nos jeunes ont besoin de vous :

Par courrier
en remplissant
le bulletin joint
FAITES UN DON par courrier FAITES UN DON en ligne En ligne
sur
HelloAsso

Vous aussi soyez passeur d’espérance !


Merci à nos fidèles partenaires
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de statistiques de visites, pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur.